A l'heure européenne

Le socialiste Martin Schulz et le Vert Daniel Cohn-Bendit ont œuvré pour rien, en mai dernier, date de la dernière session plénière du Parlement sortant. L'”amendement anti-Le Pen”, qu’ils se sont battus pour faire adopter par leurs collègues, ne servira finalement pas (EurActiv.fr, 07/05/2009).

En effet, d’après les données rendues publiques aujourd’hui par le Parlement européen, le président du Front National n’est pas le doyen du nouvel hémicycle. Né le 20 juin 1928, il est plus jeune de quelques mois de l’Italien Ciriaco de Mita (PPE-DE), né le 2 juin 1928. Il n’aurait donc pas présidé la session constitutive du Parlement européen, si les règles antérieures avait été maintenues.

Le nouveau règlement intérieur fixe que c’est au président sortant ou à défaut un ancien vice-président du PE, et non plus au doyen des eurodéputés, de présider la séance inaugurale. En mai, Jean-Marie Le Pen avait déclaré devant des journalistes n’avoir aucun regret de ne pas pouvoir présider une «assemblée de pleutres». Et avait ajouté: «Martin Shulz a la tête de Lénine et parle comme Hitler.»

Author :
Print

Comments

  1. Pingback: LONNIE

Comments are closed.