A l'heure européenne

Entendu au débat sur l’UE et les pays en développement au sénat, vendredi 15 mai

Pièce de théâtre en trois actes.

Acte I :

Patrick le Hyaric (Front de Gauche) s’en prenant à Yannick Jadot (Europe écologie) :

– C’est très bien ce que vous dites M. Jadot, mais j’ai été très étonné que votre chef de file, Daniel Cohn-Bendit, conseille aux verts européens de s’allier avec Berlusconi !

Un tel affront déclenche la fureur de l’écologiste, qui passe littéralement du vert au rouge et lui assène :

– C’est n’importe quoi ! Ce n’est pas sérieux ! C’est ridicule ! Ce n’est pas sérieux Monsieur ! Il n’a pas dit ça, il a simplement dit qu’il fallait peut-être regarder vers le centre-gauche, donc l’aile droite du parti !

Acte II :
Patrick le Hyaric présente ses idées en matière de citoyenneté européenne :
– On pourrait imaginer qu’à partir d’un certain nombre de signataires, les citoyens puissent soumettre un projet de directive positive.

La proposition ressemble étrangement au «référendum d’initiative populaire», déjà prévu par le traité de Lisbonne. Un texte contre lequel Le Hyaric lutte farouchement.
Mais imitant Michel Barnier, le candidat du Front de gauche quitte la tribune pour cause d’emploi du temps surchargé. Débarque alors son agent double, Raquel Garrido (Front de Gauche).

Acte III :
A peine installée dans son fauteuil, Raquel Garrido lance :
– Il faut supprimer la libre-circulation des capitaux en Europe.

Regards ébaubis de ses interlocuteurs.

– Oui, je dis qu’il faut supprimer la libre-circulation des capitaux en Europe pour lutter contre l’évasion fiscale ! Il faut installer des visas d’entrée et de sortie des capitaux, c’est le seul moyen de faire respecter les normes environnementales et sociales.

Yannick Jadot fronce les sourcils, cherchant en vain à comprendre le cheminement de pensée de la candidate.

C’est Bernard Lehideux (MoDem) et son penchant pour le juste milieu qui clôtureront ce dialogue de sourds :
– Quand on mélange tout, on n’obtient rien.

Rideau.

Author :
Print